Vous êtes dans : Accueil > La mairie > Démarches Administratives > Cérémonies républicaines > Le baptême républicain

Le baptême républicain

Ou reconnaissance civile et républicaine.

Histoire :

Le parrainage est une très vieille coutume empreinte de générosité et de noblesse. Quels sont, en effet, les rôles des parrains et marraines ? Il s'agit, pour eux, de remplacer les parents. Et cela n'était pas un vain mot dans les temps troublés du Moyen-Age, où, du fait des épidémies et des guerres permanentes, l'espérance de vie des adultes était inférieure à 30 années.

De nombreux enfants connaissaient les difficultés de la dure condition d'orphelin. Il était donc humain et généreux de les entourer dès leur naissance des soins vigilants de « parents en second ».

Mais, avant la Révolution, l'Eglise Catholique dominant l'Etat, il n'y avait que « parrainages religieux ». C'est, en effet, François 1er qui, par l'ordonnance de Villers-Cotterets, en 1539, (24 ans après 1515, la date dont tout le monde se souvient !), créa le premier Etat Civil qu'il confia au curé de chaque village. Seuls, figuraient sur ces registres, les baptêmes, mariages et sépultures catholiques. Les non-catholiques, assez nombreux pourtant dans certaines régions de France, n'avaient pas d'existence légale.

La première République, peut-être la seule République vraiment démocratique que la France ait connue, sortit enfin les non-catholiques de leur clandestinité en laïcisant l'Etat Civil et en confiant la tenue des registres aux Officiers Municipaux.

En toute logique, comme elle instituait un acte de naissance civile, un mariage civil et un enterrement civil, elle pensa qu'il serait bon de prévoir un « parrainage civil ». C'est ce qu'institua le 20 Prairial de l'an II Robespierre, après la fête de l'Etre suprême, à condition que « l'enfant soit élevé dans le culte de la Vérité et de la Raison et placé sous la protection de la Cité ».

Mais avec Napoléon, tout fut remis en question. Bien que non croyant le petit Corse, ambitieux, opportuniste, signa, avec le Pape, le Concordat en 1801 qui rendait à l'Eglise sa souveraineté étouffante sur les esprits et les mœurs. Le « Parrainage Civil » fut oublié.

Heureusement, les choses sont en train de changer, puisque les parrainages civils ou républicains recommencent à être célébrés à travers notre pays. Rappelons que le parrainage civil est un acte légal puisque le texte de Robespierre n'a jamais été abrogé.

Afin de respecter la tradition, l'acte que nous enregistrons à Neuves-Maisons est intégralement celui en usage voici 2 siècles. C'est ainsi qu'il est fait état de l'Etre suprême mais vous savez fort bien qu'ici, à Neuves-Maisons, la Municipalité, attachée au principe de la laïcité, estime que le choix d'une religion est une question individuelle et que le parrainage républicain n'est pas l'opposé du baptême religieux. Il s'agit de deux cérémonies de nature différente, l'une d'Etat Civil, l'autre religieuse et il ne serait pas contradictoire de célébrer les deux.

C'est le mérite de certaines municipalités comme Neuves-Maisons que d'avoir remis en l'honneur cette belle coutume. C'est votre mérite de parents et de parrains d'avoir pris aujourd'hui cette décision et je vous en félicite au nom de notre municipalité.

Inscription :

  • Service Etat Civil (Madame Sylvie BERG)

Méthode :

  • Choix d'un texte.
  • Accueil Maire.
  • Lecture acte.
  • Lecture texte.
  • Discours Elu
  • + Musique
  • + Enregistrement.

Partager cette page