Vous êtes dans : Accueil > Articles Actualités > Neuves-Maisons : Le projet de cité scolaire inclusive concrétisé

Neuves-Maisons : Le projet de cité scolaire inclusive concrétisé

15/02/2021

Le projet de cité scolaire inclusive à Neuves-Maisons, engagé en 2016, va être concrétisé. Au sein d’un même site coexisteront collégiens et enfants fréquentant l’IME. Les établissements devraient sortir de terre d’ici quatre à cinq ans.

Le 4 février 2021, au sein du conseil départemental, dans le respect des règles sanitaires, s’est tenu un comité de pilotage d’un projet quasi-inédit. Les acteurs locaux et l’AEIM ont acté la construction d’une cité scolaire inclusive à Neuves-Maisons.

Ici, le projet prévoit de faire coexister les collégiens scolarisés à Neuves-Maisons avec les enfants fréquentant l’IME de Saint-Nicolas-de-Port. « Nous allons faire vivre ensemble des publics qui présentent des caractéristiques différentes et nous allons partager des espaces en commun, des temps en commun », explique la présidente du conseil départemental, Valérie Beausert-Leick.

L’élue poursuit : « Ce n’est pas simplement des espaces séparés avec un bâtiment pour l’IME, un bâtiment pour le collège. L’idée va plus loin. » Jacques Jeanjean, ancien président et vice-président de l’AEIM, complète : « Côtoyer, jouer, étudier avec des enfants différents est une force. Dans le futur, ces adultes seront dans l’acception parce qu’ils ont été confrontés à la différence. »

Alexandre Horrach, directeur général de l’AEIM, ajoute : « Nous comptons mobiliser tout ce qui est possible en matière d’accessibilité dans l’intérêt de l’enfant. Aujourd’hui, la question du vivre ensemble est un problème de droit commun. »

En outre, l’ambition de ce projet est colossale. Il a pour objectif d’y associer le lycée professionnel de La Tournelle actuellement localisé à Pont-Saint-Vincent. Cet établissement offre des formations sur les métiers de l’aide à la personne, secteur en expansion. « Le président Jean Rottner a clairement exprimé qu’il allait porter personnellement ce dossier », indique Valérie Beausert-Leick. Toutefois, cette dernière s’interroge : « Est-ce que la région vient seulement en appui financier ou est-ce qu’elle vient s’intégrer au projet ? »

Partager cette page